dimanche 11 janvier 2015

Annie Sullivan & Helen Keller, Joseph Lambert

Titre : Annie Sullivan & Helen Keller
Auteur : Joseph Lambert
Edition : Çà et Là
Pages : 90
Prix : 22€
4e de couverture : "Née en 1880 dans l’Alabama, la petite Helen Keller devient aveugle et sourde à l’âge de dix-neuf mois, suite à une maladie. Elle se trouve alors dans l’incapacité de communiquer avec son entourage, si ce n’est avec quelques gestes maladroits. Sa vie va être bouleversée l’année de ses six ans, quand ses parents engagent Annie Sullivan comme préceptrice. Elle-même malvoyante, celle-ci a appris à enseigner la langue des signes à l’Institut Perkins pour les aveugles. Elle va prendre en charge l’éducation d’Helen Keller, et, au fil des mois, réussir non seulement à établir un contact avec l’enfant, mais aussi à lui apprendre la langue des signes, puis l’écriture. Les deux femmes resteront amies à vie. Annie Sullivan et Helen Keller relate l’histoire de cette extraordinaire rencontre."



Mon avis : 

Je lis peu de BD car je les trouve souvent très chères pour le peu de lecture qu'il y a dedans. Mais cette BD, que j'ai lu sur liseuse, je l'achèterai, car elle en vaut vraiment le coup. On y suit plus particulièrement l'histoire d'Annie Sullivan, la préceptrice d'Helen Keller, une enfant sourde, aveugle et muette. L'histoire alterne entre le présent de préceptrice d'Annie Sullivan et son passé d'enfant malvoyante à l'Institut Perkins. On découvre petit à petit la relation qui se crée entre Annie et Helen, les difficultés également.

Même si j'ai eu un peu de mal avec les dessins au début, le fait que certains planches soient entièrement dans les tons noirs et que les objets apparaissent au fur et à mesure qu'Helen apprend à les connaitre et à les "voir" est très intéressant et également beau à voir. Cela donne une nouvelle perspective de compréhension de ce que peut ressentir Helen et qu'on n'a pas forcément en lisant un livre sur son histoire. Là on a vraiment une représentation de l'espace telle qu'elle-même peut l'avoir et c'est très intéressant mais aussi touchant.

Cette BD se focalise plus sur Annie Sullivan que sur Helen Keller, on y voit ses doutes et ses difficultés, ses différences de culture en tant que jeune femme du nord dans une société sudiste d'Amérique après la guerre de Sécession. On voit également les problèmes qu'elle a pu rencontrer avec la famille d'Helen, car ses méthodes n'étaient pas forcément compréhensibles pour les parents d'Helen et on comprend que ce n'est pas simple pour des parents d'être impuissants face à la détresse de leur enfant et de voir quelqu'un d'autre s'en occuper, peut-être plus durement qu'on ne l'aurait nous même fait.

Cette BD est vraiment très belle et offre un autre point de vue sur cette histoire si connue. Je l'ai beaucoup aimée et je lui mets donc un 19/20.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

"nom + url"