mardi 10 mars 2015

Laudanum, Virginie Bégaudeau

Titre : Laudanum
Auteur : Virginie Bégaudeau (cliquez pour voir sa page FB)
Edition : Books on Demand
Pages : 404
Prix : 15,99€
4e de couverture : "1903. Moïra est mise en exil pour avoir choisi de croire en un rêve censuré. Suite aux troublants événements qui ont accompagné son enfance, elle se retrouve entre les murs de Beauregard, unie à Noé, liée aux mensonges obscurs de son foyer et enchainée à cet homme venu de nulle part. Sa rencontre avec Clair Bach, jeune psychiatre en devenir, changera définitivement sa vision du monde, la protégeant des insensés qui l'anéantissent."





Mon avis :

Grâce au forum Livraddict, j'ai pu recevoir en partenariat ce roman, que l'auteur m'a elle-même envoyé en ebook par mail. Je remercie donc fortement le forum et l'auteur pour cet envoi !

Le résumé n'en dit pas trop sur le contenu du livre et c'est pour cela qu'au début j'ai été complètement perdue. Je ne voyais pas trop où on était, ni quand. L'histoire s'ouvre en fait sur l'accouchement de la mère de Moïra en 1889, dans un asile. La scène est assez angoissante je trouve. On fait ensuite un saut dans le temps pour découvrir Moïra, en 1903, alors âgée de 13 ans. Suite au suicide de son amie Camille, Jared, l'amour de Moïra revient et Moïra est alors envoyée chez sa tante, à Beauregard, avec Noé, un garçon un peu plus âgée mais auquel elle semble très attachée, pour veiller sur elle et l'éloigner de Jared. 

Je pense que le grand atout de ce livre n'est pas tant l'histoire, que l'univers historique que nous décrit l'auteur. La lecture de la première moitié du livre a été laborieuse pour moi, je trouvais l'écriture très dense, mais pourtant j'avais plaisir à me replonger dans ce roman parce que dès le début, je me suis attachée aux personnages. Et le contexte historique décrit me fascinait. Ce n'est, en effet, pas un sujet traité régulièrement dans les romans. 

Les personnages donc. Je me suis immédiatement attachée à Moïra, je la trouvais touchante et elle avait cette fragilité qui fait qu'on a juste envie de la protéger. Pour les autres personnages j'ai été mitigée presque tout le long du livre. Noé par exemple, il y a des moments où je l'aimais beaucoup, j'avais un peu pitié de lui et en même temps j'aimais beaucoup les sentiments qu'il dégageait, mais à d'autres moments je ne comprenais pas ses motivations, elles étaient très obscures et cela m'a gênée. Le personnage de Claire, surement le troisième plus important après Moïra et Jared, m'a beaucoup plu. Ce personnage est à lui seul l'incarnation des difficultés que rencontraient les femmes de l'époque pour se faire une place dans le monde scientifique. Quant à Jared, il m'a littéralement perdue, on sait très peu de choses sur lui et l'auteur nous balade sur son identité pendant plus de la moitié du roman (même si j'avais deviné un peu qui il était, je n'en étais pas sûre à 100%. 
Concernant le personnage d'Eliane et de Soeur Séverine, je n'ai pas tout à fait compris leurs motivations concernant le mariage, j'avais l'impression qu'elles disent tout et son contraire à propos de ce mariage : "il faut l'empêcher" puis juste après "il faut le hâter". 

Enfin, l'auteur a un style très précis, et je pense que c'est ce qui m'a fait adhérer dès le début, même s'il est très dense, les mots sont quand même très bien choisis, le vocabulaire est celui de l'époque et Virginie Bégaudeau n'a pas hésité à mettre des mots savants dans la bouche de ses personnages, ce qui a ajouté à la réalité. Je pense que ce qui a aussi freiné ma lecture dans le début, c'est le fait que ce roman soit très dense au niveau psychologique, je ne pouvais tout simplement pas le lire d'une traite, il y avait trop d'éléments à recouper etc. 
J'applaudis tout particulièrement l'auteur pour les sujets qu'elle a traité : la misogynie de l'époque, les balbutiements de la psychiatrie et le monde des asiles et enfin, les jeux de pouvoirs des grands et ce qu'ils peuvent faire pour se venger. A la fin tout particulièrement, il y a un passage du point de vue interne de Moïra, il m'a tout simplement bouleversée, dans ma tête j'avais une image tirée du film "Dark Shadows" de Tim Burton et qui concerne le passé de Vicky, ceux qui l'ont vu verront de quoi je parle. 

Ce roman n'est donc pas un coup de coeur car j'ai vraiment peiné pendant une partie du livre, mais je ne regrette pas de l'avoir lu, c'est un sujet peu traité et l'auteur a su me transporter dans cette époque. C'est un bond historique que je suis fière d'avoir fait. Et j'achèterais surement la version papier de ce livre car je veux absolument l'avoir dans ma bibliothèque et que d'autres gens le lisent. C'est un beau 15/20.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

"nom + url"