mardi 26 mai 2015

Les larmes de l'assassin (BD), Thierry Murat

Titre : Les larmes de l'assassin
Auteur : Thierry Murat (basé sur le texte d'Anne-Laure Bondoux)
Edition : Futuropolis
Pages : 128
Prix : 18€
4e de couverture : "Comment survivre à la mort de ses parents, et auprès de l'assassin de ceux-ci ? Peut-on s'attacher à un enfant alors qu'on est capable de tuer des humains de sang froid ? Peut-il y avoir un rapport filial entre deux êtres que la mort a mis face à face ? C'est une terre malmenée par le vent, en bordure du Pacifique qui charrie des blocs d'iceberg, c'est au sud extrême du Chili. C'est là que vit Paolo, dans une ferme misérable et isolée, livré à lui-même, plus ou moins abandonné par des parents qui ne s'occupent pas de lui. Si petit, si naïf, quel âge a-t-il ? Il ne le sait. Un jour, un homme arrive jusqu'à la ferme. C'est Angel Allegria, un truand, un escroc, un assassin. Pour lui, le crime est monnaie courante pour régler tout type de conflit : dettes d'argent, bagarres d'ivrognes... Il tue les parents de Paolo pour mettre fin à deux semaines d'errance et s'approprier leur petite bicoque, refuge idéal pour un homme traqué par la police. Dans un sursaut de bonne conscience, il épargne Paolo ; il n'a jamais tué d'enfant. Paradoxalement, une relation d'affection naît entre lui et l'enfant. Ils s'apprivoisent. Un an plus tard, un autre voyageur arrive. Luis Secunda, 30 ans, fuyant Valparaiso et sa riche famille, s'installe d'abord à côté dans une cahute qu'il construit, puis l'hiver venu, emménage avec eux dans la ferme. Il apprend à Paolo à lire. Angel n'aime pas cela du tout. Le fragile équilibre affectif entre lui et Paolo est en péril..."


Mon avis : 

Ayant lu le roman plusieurs fois et l'adorant absolument, quand j'ai su, ce week-end, qu'il avait été adapté en BD et que l'auteur était présent aux Etonnants Voyageurs, je n'ai pas hésité, il me la fallait !
Je l'ai donc faite dédicacée au passage (tout le dessin est la dédicace) ^^


On retrouve Paolo, petite garçon qui pousse sur cette terre aride du Chili, comme toute autre plante, c'est-à-dire pas très bien. Il vit isolé en montagne avec ses parents, ne recevant la visite que de rares voyageurs...jusqu'à Angel Allegria. Angel tue ses parents, mais ne peut se résoudre à tuer un enfant, il ne l'a jamais fait, c'est dur de commencer. Paolo, va l'aider à enterrer ses parents, puis va commencer à cohabiter avec Angel. Une sorte d'affection se noue entre eux. Jusqu'à l'arrivée de Luis. Luis fuit sa famille riche et décide de s'installer avec eux, aidé par Paolo qui apaise Angel et l'empêche de le tuer. Mais aux côtés de Luis, l'enfant se prend à rêver d'autre chose que de sa vie avec Angel. Un jour, il faut descendre un ville, aller acheter un nouveau mouton, avec l'argent de Luis, ils ont de quoi. Mais la relation entre Angel et Paolo va-t-elle résister au retour à la vie civile ? 

Cette histoire poignante, je l'ai retrouvée dans la BD. L'auteur a réussi à reproduire l'atmosphère du livre à la perfection. Cette atmosphère calme, dense, contemplative et dure, faite de mélancolie et de silence. C'est une beauté à lire, les couleurs, sombres hormis le rouge des deux cases relatant la mort des parents, ne correspondaient à première vue pas à ce que j'imaginais (je voyais plutôt des couleurs très tranchées), mais au final, ce n'est pas plus mal. On retrouve toutes les couleurs du sol aride, sombre. 
Pour montrer une action, Thierry Murat s'est concentré sur des gros blancs du mouvement, sans nous le montrer dans sa globalité, et en cela, le mouvement gagne en force, en signification. Les bulles de dialogue sont rares, le texte se traduit plutôt par de longues phrases placées sous les cases de la bande-dessinée, comme la narration du roman. 

Certes, il manque des passages, la relation Luis/Délia est à peine esquissée, mais l'auteur a voulu plus que tout représenter la relation entre Angel et Paolo, et c'est sûrement ce qui compte le plus dans le roman. Thierry Murat a réussi à transcrire presque parfaitement un de mes romans préférés, et je suis vraiment heureuse de l'avoir rencontré et d'avoir pu en discuter avec lui. Pour moi, cette BD est une réussite et mérite largement 19/20. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

"nom + url"