lundi 29 juin 2015

Antigone, Sophocle

Titre : Antigone
Auteur : Sophocle
Edition : Folio Plus Classiques
Pages : 69
Prix : 4,60€
4e de couverture : "La pièce Antigone commence au moment où les deux filles d'OEdipe, Antigone et Ismène, apprennent que Créon, roi de Thèbes, vient d'interdire l'enterrement de Polynice, leur frère, pour le punir d'avoir combattu contre sa patrie. Mais Antigone transgresse ce décret. Créon et Antigone incarnent deux idées de la communauté, deux conceptions de la loi, deux versions du sacré. Au coeur du conflit tragique, la vérité humaine et politique de la communauté est liée au sens que les vivants donnent à la mort. "






Mon avis : 

Lu l'année dernière en ebook, je l'avais racheté en papier et vu sa taille, je m'étais dit que je pouvais bien le relire, il reposait donc dans ma PAL. Mais comme depuis Outlander je veux lire de petits livres, je l'ai sorti !

Cette pièce de tragédie classique fait en quelque sorte suite à Oedipe Roi, du même auteur, car Antigone est la fille d'Oedipe. Ici, les deux fils d'Oedipe se sont entre-tués au cours d'une guerre. Créon, le roi de la cité, a valorisé l'un, tandis que l'autre, Polynice, est interdit des derniers sacrements. Il devra rester à se décomposer hors de la ville, à portée des charognards, et quiconque ira l'ensevelir sera puni de mort. Antigone, leur soeur, ne supporte pas cette idée, pour elle, les lois des dieux sont plus fortes que celles des hommes, et malgré les mises en garde d'Ismène, sa soeur, elle va enterrer Polynice. Prise sur le fait par les gardes chargés de garder le corps de Polynice, Antigone est amenée devant Créon et, refusant de reconnaître ce que Créon considère comme un crime envers lui, elle s'expose à la mort. 
Cette histoire est très forte, s'y affrontent la détermination et la folie. Folie de Créon qui ne veut qu'asseoir son autorité et se pose alors en tyran, détermination d'Antigone qui est "née pour partager l'amour et non la haine"

Le personnage d'Antigone a souvent marqué de par sa détermination, mais surtout par sa force. Elle a une volonté de fer et, même si on l'admire, personnellement, j'ai trouvé qu'elle cherchait par moments à se faire "plaindre". Ou plutôt, qu'elle voulait vraiment revendiquer qu'elle seule avait eu le courage de faire ce geste contraire à la loi de son oncle. 
J'ai trouvé qu'Antigone et Créon, bien qu'opposés par beaucoup de choses, ont au fond un point commun, ils n'écoutent qu'eux mêmes et sont persuadés d'être dans leur bon droit. 

La pièce est divisée en épisodes et entrecoupées de chants, qui eux, ne m'ont pas vraiment intéressée... J'ai trouvé qu'ils n'apportaient rien à la pièce qu'ils atténuaient la force des dialogues entre Antigone et Créon. Cependant, cette pièce véhicule de fortes émotions et elle reste simple à lire. Je la recommande et lui donne 17/20. 

4 commentaires:

  1. Une pièce qu'il faudrait que je lise ;)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai adoré la pièce de Jean Anouilh, du coup pourquoi pas redécourir l’histoire d’un autre point de vu ? à tenter ^^

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai pas lu la version de Sophocle mais celle d'Anouilh que j'ai adorée. Ce mythe est passionnant. Ne m'en veux pas mais je te trouve injuste avec Antigone. Créon a toujours voulu le pouvoir et passer par-dessus celui des dieux, ce pourquoi, fièrement, il lui refuse cet "enterrement". Il va même plus loin, puisqu'il va outre le conseil des sages, du peuple alors qu'il se défend d'agir pour eux et l'avis de son fils.
    En plus, on sait qu'il agit ainsi car il n'aimait pas Polynice à cause de ses idées.
    Bref je m'emporte xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de soucis, c'est bien de discuter :) Je n'ai pas dit que je n'aimais pas Antigone. Pour moi, Antigone et Créon sont tous deux dans l'excès en fait, certes Créon reste le grand "méchant" dans l'histoire, mais Antigone a tendance, dans cette version, a vraiment limite refuser l'aide d'Ismène pour enterrer son frère et elle revendique haut et fort qu'elle seule a eu le courage de le faire, ce que je trouve un peu fort par rapport à sa soeur qui est réaliste, tient à la vie et cependant se déclare prête à mourir pour elle.

      Supprimer

"nom + url"