dimanche 20 septembre 2015

Fight Club, Chuck Palahniuk

Titre : Fight Club
Auteur : Chuck Palahniuk
Edition : Folio SF
Pages : 304
Prix : 8,50€
4e de couverture : "Laisse-moi te parler de Tyler. Tyler dit : les choses que tu possèdes finissent toujours par te posséder. C’est seulement après avoir tout perdu que tu es libre de faire ce dont tu as envie. Le fight club t’offre cette liberté. Première règle du fight club : Tu ne parles pas du fight club. Deuxième règle du fight club : Tu ne parles pas du fight club. Tyler dit que chercher à s'améliorer, c’est rien que de la branlette. Tyler dit que l’autodestruction est sans doute la réponse."






Mon avis : 

Cette chronique va être extrêmement brouillonne car j'ai beaucoup de mal à parler de ce livre si spécial. 

Il s'ouvre sur la confrontation entre Tyler et le narrateur (dont on n'a pas le nom), en haut d'un immeuble qui va sauter dans 10 min et Tyler a mis un pistolet dans la bouche du narrateur. Puis retour en arrière, on voit par succession d'images la vie du narrateur. Il la trouve vide de sens et ne dort plus depuis des mois, pour y remédier, il a remarqué que pleurer l'aidait alors il s'incruste à des groupes de soutien de maladie pour ressentir quelque chose et lâcher prise. Jusqu'au jour où Maria Singer s'incruste également à ces groupes, dans le même but que lui, et qu'il n'arrive plus à pleurer. Peu après, il rencontre Tyler Durden et avec lui, fonde le fight club, où tout homme peut venir se battre pour ressentir quelque chose. 
Bon là vous avez le pitch de base. Je dois dire qu'au début j'ai été perdue, je ne comprenais rien, et pourtant, je ne pouvais pas m'empêcher de continuer. C'est sans doute dû au rythme du récit. Je lui ai trouvé un rythme particulier qui faisait ressortir à la perfection le sentiment dont parlait le narrateur : le sentiment de vide la vie, que tout se ressemble, que rien n'est important. C'était vraiment saisissant comme l'écriture s'accordait parfaitement avec ce qui était écrit !
Je crois que je ne vais pas en dire plus de l'histoire car une grande partie de son intérêt est la grosse révélation finale (que malheureusement je m'étais fait spoilé).

Concernant les personnages...Je les ai détestés, tous autant les uns que les autres. Ils sont violents, sales, détestables...et pourtant, impossible de ne pas s'intéresser à eux ! Je crois que ce livre est un paradoxe à lui tout seul pour moi, impossible de savoir si je l'ai vraiment aimé ou pas.

Pour la plume de l'auteur, je crois que j'ai tout dit là-haut. Je pense sincèrement que c'est un livre à lire une fois dans sa vie, pas forcément pour l'apprécier, mais pour réfléchir sur la qualité d'écriture. C'est un livre perturbant, pas forcément abordable pour tout le monde, mais hautement intéressant. Je ne pense pas pouvoir le noter. 

6 commentaires:

  1. Mon chéri l'a lu l'année dernière et son avis rejoint le tien. Il a vu le film qu'il a adoré et a donc voulu découvrir le livre. Il l'a trouvé très moyen, pas facile à comprendre.... :/

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai vu que le film tiré du roman, il y a quelques années. Mais je me jetterai sûrement dans sa lecture quand j'aurai réduit ma pal ^^

    RépondreSupprimer
  3. Et si j'ose avouer que je n'ai même pas encore vu le film? mais ton article m'a donné envie de faire un marathon roman + film, j'aurais d'ailleurs adoré que tu parles des deux. Si le roman est aussi perturbant que ton article, je crois que la curiosité va l'emporter et qu'il va finir dans ma pal^^

    RépondreSupprimer

"nom + url"