dimanche 27 septembre 2015

Le liseur du 6h27, Jean-Paul Didierlaurent

Titre : Le liseur du 6h27
Auteur : Jean-Paul Didierlaurent
Edition : Folio
Pages : 208
Prix : 7€
4e de couverture : «Voilà, on voulait vous dire, on aime bien ce que vous faites. Ca nous fait drôlement du bien. Ca va bientôt faire un an que Josette et moi, on vient vous écouter tous les lundis et jeudis matin.» Sur le chemin du travail, Guylain lit aux passagers du RER de 6 h 27 quelques pages rescapées de livres voués à la destruction. Ce curieux passe-temps va l'amener à faire la connaissance de personnages hauts en couleur qui cherchent, eux aussi, à réinventer leur vie. Un concentré de bonne humeur, plein de tendresse et d'humanité.






Mon avis : 

Je le voyais partout sur le compte Instagram des éditions Folio, ma soeur me l'a conseillé, je ne pouvais que le lire. 

On suit Guylain Vignolles (et non pas Vilain Guignol), un jeune homme dont on ne connait pas vraiment l'âge (on pense qu'il a la trentaine), il travaille dans une entreprise de recyclage de papier : il détruit des livres invendus afin d'en faire de la pâte à papier pour faire de nouveaux livres. Il est ami avec un ancien collègue amputé des jambes qui ne rêve que de les retrouver et tous les matins, à 6h27, il s'assoit dans le RER et lit à voix haute, des textes rescapés du recyclage, sans souci d'ordre ou de suite.
J'ai beaucoup aimé cette histoire qui prend des allures de conte. J'ai aimé que l'histoire ne soit pas une ligne droite : on suit d'abord le dégoût de Guylain pour son travail, puis son ami à la recherche de ses jambes, avant de se mettre en quête d'une mystérieuse Julie qui a laissé des textes personnels dans le RER. Je me suis laissée entraîner sans souci, je passais d'une mini-histoire à une autre, portée par le rythme des alexandrins distillés ici et là, et des textes que lisait Guylain dans le RER de 6h27.

Les personnages qui entourent Guylain sont attachants : autant son ami poète, que son ami handicapé, autant les deux petites vieilles que la mystérieuse dame-pipi du nom de Julie ! Tous attachants, tous intéressants, même le poisson rouge Rouget de Lisle 5e du nom, puis 6e du nom !

Mais le grand intérêt de ce court roman, c'est la plume de l'auteur. Jean-Paul Didierlaurent a une écriture magique, douce et énergique à la fois, elle rend compte de la monotonie de la vie du personnage principal tout en en montrant la singularité. Un roman que j'ai pris un immense plaisir à lire lentement, en le dégustant, un superbe 19/20 ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

"nom + url"