jeudi 23 juin 2016

Le bonheur entre les lignes, Matthew Quick

Titre : Le bonheur entre les lignes (Happiness Therapy)
Auteur : Matthew Quick
Edition : Le livre de poche
Pages : 360
Prix : 7,30€
4e de couverture : "Après un séjour en hôpital psychiatrique, Pat est de retour chez lui avec une philosophie de vie bien particulière : faire du sport, maigrir, et essayer d’être toujours d'humeur positive. Tout cela dans un seul but : reconquérir sa femme.
Un soir, chez un couple d’amis, il fait la connaissance de Tiffany, une jeune veuve dépressive qui semble avoir au moins autant de failles que lui. Malgré les réticences premières de Pat, ils concluent un marché : elle servira d’intermédiaire pour transmettre les lettres que Pat écrit à sa femme si celui-ci accepte de participer avec elle à une compétition de danse…"






Mon avis : 

Après avoir adoré "Pardonne-moi Léonard Peacock" et n'avoir entendu que de bonnes choses sur le film adapté de ce roman, j'étais très impatiente de le découvrir. Mais j'ai été assez déçue.

Je m'attendais à un roman plein d'optimisme. Et si le personnage principal, Pat, est effectivement très optimiste, le roman reste tout de même assez sombre, et ce n'est pas vraiment ce que je cherchais. Je m'explique : le roman traite de la dépression, de la bipolarité, donc de sujets graves. Et si le personnage principal est très optimiste, cet optimisme le fait s'enfermer dans des illusions tandis que tout le monde autour de lui lui cache la vérité et qu'il est repoussé par ceux qui ne sont pas proches de lui. J'ai trouvé le tout profondément triste, et ça m'a mise mal à l'aise. J'avais pitié du personnage principal, tout en en ayant un peu marre qu'il ne voit pas la vérité en face. De même, j'ai eu beaucoup de mal avec la personnage féminine, Tiffany. Certes, elle est dépressive. Mais a-t-elle besoin d'être aussi cure, malpolie et méchante avec les autres ?

Bon, j'avoue, j'ai l'air d'avoir détesté le livre. Si effectivement, je n'ai pas adoré, sachez que je n'ai pas détesté non plus ! L'histoire en elle-même est très belle. C'est celle d'un espoir qui ne s'éteint pas, d'un homme qui aime profondément une femme au point d'avoir oblitéré tout ce qu'elle lui avait fait de mal et d'en être presque devenu fou. Les personnages secondaires sont très sympas, surtout celui du médecin, qui m'a bien souvent fait rire ! Quant à l'entourage de Pat, l'auteur a réussi à illustrer les différentes réactions face à quelqu'un de mentalement "malade" : le rejet du père, l'amour excessif de la mère, l'envie de voir la normalité du frère, mais aussi la peur, avec le personnage de Véronica qui veut en protéger sa fille.

Ce que j'ai beaucoup aimé dans ce livre également, ce sont les nombreuses références littéraires et musicales (attentions, ça peut spoiler des classiques comme "La lettre écarlate" ou d'autres romans) qui sont autant de clins d'oeil très agréables à repérer et qui font découvrir des choses. Généralement, c'est toujours un petit plus qui fait qu'un livre en particulier va me marquer, car il va m'amener à d'autres lectures que je n'aurais pas forcément découvertes sans l'avoir lu.

Enfin, concernant la plume de l'auteur, j'avais adoré "Pardonne-moi Leonard Peacock" notamment grâce à cette écriture si particulière. Mais ici, mon souci a été de retrouver exactement la même plume et la même façon de parler pour les personnages alors que le héros de "Pardonne-moi Leonard Peacock" a 16 ans, et que Pat a plus de la trentaine ! C'était très perturbant et un peu dommage.

En bref ? Un roman qui se veut optimiste mais qui ne l'est finalement pas tant que ça, mais qui traite des différentes réactions face aux maladies mentales. Un petit 14/20 pour moi. 

1 commentaire:

"nom + url"