samedi 9 juillet 2016

Maus : intégrale, Art Spiegelman

Titre : Maus
Auteur : Art Spiegelman
Edition : Flammarion
Pages : 290
Prix : 30€
4e de couverture : "Récompensé par le prix Pulitzer, Maus nous conte l'histoire de Vladek Spiegelman, rescapé de l'Europe d'Hitler, et de son fils, un dessinateur de bandes dessinées confronté au récit de son père. Au témoignage bouleversant de Vladek se mêle un portrait de la relation tendue que l'auteur entretient avec son père vieillissant."










Mon avis : 

Des années que j'en entends parler en classe. Au même niveau que la BD "Persépolis" de Marjane Satrapi, "Maus" est souvent étudiée à l'école...mais jamais par mes profs ! Chose réparée aujourd'hui puisque je me suis procuré l'intégrale et que je l'ai lu en une soirée tant c'était prenant.

Attention, autant vous prévenir tout de suite, cette bande-dessinée est dure. Oui. Elle parle de la Seconde Guerre Mondiale, du point de vue du père de l'auteur, donc d'un juif polonais qui a survécu à Auschwitz. Ici, chaque peuple est figuré par un animal : les chats sont les Allemands, les souris sont les Juifs, les grenouilles sont les Français, les cochons sont les Polonais. L'analogie entre les chats qui mangent les souris et les Allemands qui ont exterminé une grande partie des Juifs est puissante, tout en mettant un peu de distance par rapport à la tragique réalité, ce qui est bien pour les enfants. Les dessins sont simples, souvent géométriques, toujours en noir et blanc, mais adoucissent un peu la dureté de l'histoire.

Et l'histoire alors ? Et bien on navigue entre le présent où l'auteur demande à son père de lui raconter son histoire tout en nous faisant vivre leur relation père-fils, et les souvenirs du père. C'est très intéressant car on ne tombe pas dans la victimisation des rescapés des camps, dans le sens où en nous montrant la relation conflictuelle qu'il entretient avec son père, l'auteur nous montre aussi ses défauts. Cela permet également d'interroger le conflit de génération qu'on peut avoir aujourd'hui, avec nos grands-parents, ou nos parents avec leurs propres parents. Car ils ont vécu des choses très difficiles, que l'on ne peut imaginer, comment alors peut-on penser que nos petits problèmes sont graves ?
Et en même temps, comme on voit ce qu'a vécu le père, on peut y voir des liens avec son comportement actuel.

Outre la vie des camps, l'Histoire, c'est aussi une très belle histoire d'amour qui nous est racontée ici. Celle des parents d'Art Spiegelman, qui se sont battus pour s'en sortir ensemble, qui ont subi la perte de leur premier fils à cause de la guerre, qui se sont perdus puis retrouvés.

Au final, tout dans ce livre est dosé avec succès : l'horreur mais aussi l'espoir, et l'humour. Un livre à mettre entre toutes les mains et un 20/20.

1 commentaire:

  1. C'est une BD très forte en effet et qui mérite vraiment le détour ! Je l'ai beaucoup aimée aussi.

    RépondreSupprimer

"nom + url"